Uro-dip 10 e (Bandelette urinaire)

Description du produit

Ce sont des bandelettes de réactif pour la détermination rapide dans l’urine de : La gravité spécifique, des leucocytes, du nitrite, du pH, des protéines, du glucose, des cétones
(acideacétoacétique), de l’urobilinogène, de la bilirubine et du sang.
Les bandelettes de diagnostic Uro-dip®
10e sont conçues pour une évaluation objective par les analyseurs urinaires : Uro-dipcheck®
240e et Uro-dipcheck®
400e.
NOM DU PRODUIT : Uro-dip® 10e
RESUME ET EXPLICATION : Les bandelettes de réactif Uro-dip doivent être trempées dans l’urine et lues afin de tester la présence des produits cités ci-dessus dans l’urine, et ceci pour une utilisation de diagnostic in vitro seulement. Le résultat du test peut fournir une information concernant:
Le métabolisme de l’hydrate de carbone, la fonction des reins et du foie, l’équilibre acide-base et l’infection de l’appareil urinaire.
AVERTISSEMENT ET PRECAUTIONS : Seulement pour l’utilisation du diagnostic in vitro et l’usage professionnel.
PRINCIPES CHIMIQUES DU PROCEDE ET INGREDIENTS :
Densité – Ce test est basé sur le principe de l’échange d’ion qui circule entre le polyélectrolyte et les ions présents dans l’urine. Son résultat est le changement de couleur de
l’indicateur d’acide-base du bleu-vert dans l’urine avec une faible concentration d’ions, vers un vert et un jaune-vert dans l’urine avec une concentration d’ions en hausse et ce jusqu’à une couleur jaune-ocre. A l’aide de ce test il est possible de déterminer la gravité spécifique de l’urine sur une échelle comprise entre 1000 et 1030. La première urine du matin chez une personne saine dans une échelle comprise entre 1015 et 1025. Ingrédients : 32% de poly (acide methylvinyléther/maléique) ; 5,1% de bleu de bromothymol.
Leucocytes – Ce test est basé sur une réaction enzymatique. Le tampon test contient un ester indoxyl qui est divisé par les estérases granulocytiques. L’indoxyl libéré réagit avec un sel de diazonium et il apparaît une coloration rose-violet. L’intensité de cette couleur est proportionnelle à la quantité de leucocytes dans l’échantillon de l’urine testée.
Ingrédients : 0,43% d’ester d’indoxyl ; 0,05% de sel de diazonium.
Nitrite – Ce test est basé sur la conversion du nitrate en nitrite par l’action de certaines espèces de bactéries contenues dans l’urine. Le test coloré est basé sur le principe du test de Griess. Un certain degré de coloration rose devrait être interprété comme un test de nitrite positif qui suggère 105
ou davantage d’organismes dans 1ml de spécimen d’urine.
Mais la coloration du tampon n’est pas quantitativement proportionnelle à la quantité de bactéries présentes dans l’urine. Des résultats négatifs n’excluent pas une bactériurie significative lors d’une incubation insuffisante, de plus certains organismes causant des infections de l’appareil urinaire ne contiennent pas de reductase de nitrate qui convertit le nitrate en nitrite. C’est pour ces raisons que l’identification de cas positifs connus avec le test de nitrite est d’environ 70%. Nous recommandons de tester les spécimens de première urine du matin, lorsqu’une longue incubation dans la vessie a eu lieu. Ingrédients : 5,1% de sulfanilamide ; 5,8% de tetrahydrobenzo –[h]-quinoline.
pH – Ce test est basé sur le principe du double indicateur et donne une gamme de couleurs allant du orange au jaune et du vert au bleu, il permet la différenciation d’unité de pH de 0,5 dans une grandeur de pH allant de 5 à 9. Ingrédients : 0,71% de rouge méthyl ; 12,1% de bleu de bromothymol.
Protéine – Ce test est basé sur le changement de couleur d’un indicateur d’acide-base qui est due à la présence de protéines. Il est particulièrement sensible à l’albumine, mais est nettement moins sensible à la globuline, à la mucoprotéine, à l’hémoglobine et à la protéine de Bence-Jones.
Ingrédients : 0,21% d’ester de tétrabromphénolphtaléine ; 0,35% de bleu de tétrabromphénol.
Glucose – Ce test est basé sur la réaction de l’oxydase/péroxydase de glucose spécifique, elle est spécifique pour le D-glucose. Le tampon de réactif ne réagit pas avec d’autres sucres, il réagit en présence de D-glucose par une coloration verdâtre à vert foncé.
Ingrédients : 1,3% d’oxydase de glucose ; 1,3% de péroxydase ; 21% de tétraméthylbenzidine.
Cétones – Ce test est basé sur le principe du test Légal, il est plus sensible à l’acide acétoacétique qu’à l’acétone. Ce test ne réagit pas à l’acide Béta-hydroxybutyrique.
L’échelle de couleur est calibrée pour l’acide acétoacétique. Ingrédients : 4,9% de nitroprusside de sodium.
Urobilinogène – Ce test est basé sur l’association d’urobilinogène avec un réactif stabilisé. Ce test est spécifique pour l’urobilinogène et le stercobilinogène et n’est pas sensible aux facteurs interférant connus au test d’Ehrlich. Ingrédients : 2,3% de sel de diazonium.
Bilirubine – Ce test est basé sur l’association de bilirubine avec un réactif stabilisé. Ingrédients : 0,75% de sel de diazonium.
Sang – Ce test est basé sur l’activité de la péroxydase de l’hémoglobine qui catalyse l’oxydation de l’indicateur grâce à la présence de l’hydropéroxyde organique contenu dans le tampon diagnostique. L’étiquette contient 2 échelles de couleur ; pour la détection des érythrocytes intactes et de l’hémoglobine libre. Ce test est hautement sensible à l’hémoglobine libre et peut détecter sa présence à partir de concentrations correspondant approximativement à 5 Ery/µl.
Ingrédients : 1,5% de tétraméthylbenzidine ; 15,2% d’hydropéroxyde de cumene.

100 bandelettes par boite.